Fenian é grouman

Touei lei souar, ma bousso de maire
Mi renourié : sies un voourien !
Aimes mangea bouen, voues ren faire ;
Un jou feniras maou , Guïen !

Lou feniantugi,
Lou groumandugi
An dé tou ten desavia lei jouvenl…
Maire, li dieou,
Oh ! que vidasso !

Pa tan bedeou, Pa tan bedeou,
Per v’escouta , dé mi leva la peou !
Basto que lou marteou proucure
Dé que chiqua… rame qu’a fan !
Qu’es pa fenian, qu’es pa grouman,
Qu’un tron dé Dieou lou cure !

A luego dé neisse canaïo,
L’enfan d’un paoure ouvrié massoun,
Perqué sieou pas sorti dei braïo
D’un negoucian vo d’un baroun !

Lou feniantugi,
Lou groumandugi
An dé tou ten desavia lei jouvenl…
Maire, li dieou,
Oh ! que vidasso !

Pa tan bedeou, Pa tan bedeou,
Per v’escouta , dé mi leva la peou !
Basto que lou marteou proucure
Dé que chiqua… rame qu’a fan !
Qu’es pa fenian, qu’es pa grouman,
Qu’un tron dé Dieou lou cure !

Fainéant et gourmand

Tous les soirs, ma buse de mère
Me grognonne : « Tu es un vaurien !
Tu aimes bien manger, ne veux rien faire :
Un jour tu finiras mal, Guillaume1 ! »

Le fainéantise,
La goinfrerie,
Ont de tout temps dévoyé les jeunes gens !
Mère, par les dieux,2
Oh ! quelle large vie !

Pas si godiche,
Pour vous complaire, de m’élimer la peau !
Pourvu que le marteau procure
De quoi mastiquer, rame qui a faim !
Qui n’est pas fainéant, qui n’est pas gourmand,
Qu’un tonnerre de Dieu le cuise !

Au lieu de naître canaille,
L’enfant d’un pauvre ouvrier maçon,
Pourquoi ne suis-je pas sorti des braies
D’un négociant ou d’un baron !

Adaptation du texte Fénian é Grouman de Victor GELU (1806-1885)  – Juillet 1861
Il est à noter que ce texte fut un vrai « Hit » à Marseille, et valut à Victor Gelu un grande renommée.

  1. Guïen – Prénom Guillaume en français, Guilhem au moyen-âge
  2. maire li dieou : expression qu’on peut traduire par « Oh ! Seigneur ! » ou « Par les dieux »